Perte de poids

Joggingsante.com

Obèses surpoids débutants

Initiés et confirmés J-Pierre

Page d'accueil

Alimentation
Les allures
Les régimes
Conseils pratiques
Les recommandations
La récupération
L'eau
Boire, s'hydrater
Débuter à 40 ans
L'entraînement de Philippe

 

De plus en plus d’obèses en France !

Prenons-nous le même chemin que les américains ? Les résultats d’une enquête sur le poids des français devraient nous servir de sonnette d’alarme. Un français sur trois est trop gros… et près de 10 % de la population est obèse. Qui est concerné par ce problème ? Quels sont les causes et les risques d'une surcharge pondérale ?

L’obésité, si elle n’est pas un problème récent, devient un problème de plus en plus préoccupant. Même si la France n’a pas encore atteint la situation des Etats-Unis, elle suit la même évolution. Etat des lieux.

40 % des français trop gros ?

L’Institut National de la santé et de la recherche médicale, en collaboration avec la SOFRES et l’institut Roche pour l’obésité vient de rendre publique son enquête nationale (Obépi 2000) sur le surpoids et l’obésité chez l’adulte.

Résultat : 13 millions de personnes sont en situation de surpoids et plus de 4 millions sont obèses. Le chiffre à retenir : près de 40 % des français sont donc concernés par un problème de poids.

Une évolution préoccupante

Le plus inquiétant est la comparaison avec l’enquête similaire menée en 1997 : si globalement la taille moyenne de la population n’a pas bougé (168 centimètres), les Français ont pris 1 kilo… Alors que la France avait l’un des taux d’obésité les plus bas d’Europe, nous sommes en train de connaître, avec quelques années de retard, les mêmes problèmes que les Etats-Unis. Avec une telle progression, une personne sur cinq sera obèse en 2020…

Tous concernés

Si l’on observe en détail les résultats de l’étude, on peut constater plusieurs disparités. Ainsi, les hommes sont plus touchés que les femmes : 46,3 % ont un problème de poids contre 31,6 % des femmes. La profession influe également. Les catégories comptant un plus grand nombre d’obèses sont les artisans, les commerçants, les agriculteurs et les ouvriers.

Les cadres et les personnes inactives sont les moins touchés. D’une manière générale, le niveau d’instruction semble important : les personnes ayant poursuivi des études supérieures au-delà du troisième cycle ont trois fois moins de risque de présenter une obésité, par rapport à celles qui n’ont pas le niveau BEPC.

Le lieu d’habitation influe également : les villes de moins de 2 000 habitants sont celles qui comptent le plus d’obèses. Paris et sa banlieue sont les lieux qui en comptent le moins. Pourtant, c’est la capitale qui enregistre la plus forte hausse en trois ans.

Mais l’augmentation du nombre d’obèses qui a eu lieu ces trois dernières années a touché indifféremment toutes les classes d’âge, tous les sexes, toutes les professions et tous les types d’agglomérations.

Surcharge et tour de taille…

L’étude a également évalué le tour de taille de la population française. Au-delà de 100 cm de tour de taille chez l’homme et de 90 cm chez la femme, il existe un excès de graisse abdominale. Cet excès témoigne d’une augmentation du risque de développer un diabète et des complications vasculaires. La mesure réalisée dans l’étude montre qu’un quart de la population adulte présente un tour de taille trop élevé, soit 10,86 millions de personnes.

Comprendre l'obésité : qui est obèse ?

Depuis quelques dizaines d'années, la silhouette de la femme modèle a changé, décuplant ainsi la demande de solutions pour maigrir. On a vu fleurir un peu partout, et spécialement dans les revues féminines, des conseils diététiques multiples et contradictoires, ainsi que des exemples de régimes : ne leur prêtez pas une confiance aveugle !

Un vrai régime doit toujours être entrepris en accord avec votre médecin, après un entretien et un examen approfondis. Il vous expliquera la nature de votre obésité et les meilleurs moyens d'y remédier. Avec lui, vous pourrez vous fixer des objectifs raisonnables, et contrôler, au cours de consultations régulières, la bonne tenue de votre régime.

À partir de quelle valeur doit-on dire que le poids d'une personne sort des limites de la normale ? Ces questions ne restent pas sans réponse sur le plan d'une population où des études médicales ont permis d'établir des normes. En revanche, il est parfois difficile de répondre à un individu, surtout s'il est proche de la limite. L'obésité se définit comme une augmentation du poids, liée à une accumulation de tissus graisseux.

La meilleure façon de répondre à la question serait donc de mesurer la quantité de graisse présente dans le corps. Cette évaluation est difficile à effectuer et peu réalisable en pratique. Aussi a-t-on défini un indice, appelé IMC (indice de masse corporelle).

Calculez votre indice de masse corporelle ( IMC )

L'IMC est le rapport du poids divisé par la taille au carré: pour 1,71 m et 70 kg, votre IMC est d'environ 24 [70/(1,71*1,71)]. Idéalement, il est de 22,7 chez l'homme et de 22,4 chez la femme. Un IMC compris entre 27 et 32 kg/m définit une obésité moyenne, au delà de 32 on parle d'obésité massive. A partir de 40, le sport devient dangereux. Vous devez d'abord faire un régime alimentaire.

 


Outil de calcul et de classement de l'IMC (Indice de Masse Corporelle)

 
Votre poids
(kg)
Votre taille
(cm)
Votre IMC

Votre situation
 


Pour un nouveau calcul, d'abord effacez

 

Mais l'on peut également définir un " poids idéal ", reflet indirect de la masse graisseuse. C'est ainsi que procèdent certaines compagnies d'assurances, qui ont établi des tables sur lesquelles figure le poids idéal en fonction de la taille, du sexe, et de l'âge. Ces valeurs ont été calculées à la suite de nombreuses recherches médicales.

Il est important de savoir que ces normes ne prennent pas en compte l'importance de la musculature, et qu'il ne s'agit que d'une indication pragmatique.

Le poids idéal peut aussi se calculer en utilisant une formule relativement simple :

Définissez votre pourcentage de graisse et votre poids idéal.


 
Entrez votre taille (inférieur à 2m) Centimètres
Entrez la circonférence de votre poignet (de 11 à 21cm) Centimètres
Entrez votre poids Kg
Entrez votre age (à partir de 17 ans) ans
Homme
Femme



Calcul du pourcentage de graisse selon le poids et la stature

Ce calcul utilise la formule de Peronnet


Définition de l'indice de stature par rapport à la circonférence du poignet en centimètre (table de conversion). 0= stature large à 4= stature très mince.
Par rapport au sexe, une valeur H ou F. Homme=115, Femme=125.


(indice de stature + poids(en kg)+ valeur H où F)-taille (en cm)
=estimation du pourcentage de graisse


Exemple pour un homme 1.74m, 68kg et un tour de poignet de 17cm. (2+68+115)-174=11.
Soit 11% de graisse.




Rapport du poids à la taille

Formule de Lorentz


a=4 chez l'homme, a=2 chez la femme.

(taille (en cm)-100)-((taille (en cm)-150)/a)=Poids idéal théorique


pour un homme 1.74m. (174-100)-((174-150)/4)=68 kg. Son poids idéal serait donc de 68kg.





Les causes de l'obésité

Une autre question concerne l'origine de l'obésité. La réponse est parfois claire : un excès de nourriture. Il est, en effet, fréquent que les personnes obèses mangent trop. Mais ce n'est pas toujours le cas, et certaines d'entre elles mangent relativement peu ; inversement, l'on voit des personnes maigres qui ingèrent quotidiennement des rations caloriques très élevées.

On peut, pour partie, incriminer des différences dans l'activité physique, mais cela ne suffit pas à expliquer toutes les disparités. Il faut donc reconnaître qu'il existe une certaine inégalité en ce qui concerne la prise de poids. Les personnes à qui la nourriture profite trop bien devront donc manger moins que les autres, non seulement pour maigrir, mais aussi pour se maintenir à un poids stable. Vous entendez souvent des personnes dire : " il suffit que je passe devant une pâtisserie pour grossir ". C'est sans doute exagéré, mais il se trouve qu'il y a quelque chose de vrai : des études récentes sur des obèses ont montré que la vue de la nourriture a chez eux un effet différent, et déclenche des phénomènes hormonaux et métaboliques très rapides qui peuvent conduire à une prise de poids.

Certains médecins ont tenté d'expliquer cette inégalité en faisant intervenir des facteurs génétiques. Il est vraisemblable que le trouble se situe au moment de la digestion, certaines personnes ne produisant pas assez de chaleur.

Enfin, il est important de préciser que, dans la plupart des cas, le système hormonal fonctionne parfaitement bien, et qu'il serait non seulement inutile, mais dangereux, de traiter l'obésité par un traitement hormonal. Un régime bien conduit, sous contrôle médical, permet bien souvent de retrouver un poids dans les limites de la normale.

Mais il faut différencier la simple surcharge pondérale, apparaissant à l'âge adulte, chez le " bon vivant ", de la véritable obésité, où le poids dépasse de plus de 20% le poids idéal théorique, et où l' IMC est supérieur à 27. Cette dernière est, en outre, souvent associée à une mauvaise hygiène alimentaire, voire à de véritables troubles du comportement face à la nourriture, comme la boulimie ou le grignotage continuel.

Il est nécessaire d'aborder ce problème avec un médecin, qui pourra déceler l'erreur alimentaire, éventuellement prescrire un régime, voire une hospitalisation si elle est indispensable.

L'obésité du bon vivant

La prise de poids de la personne de quarante-cinq ans, qualifiée de " bon vivant ", est un phénomène différent de la véritable obésité. Nous avons vu au début de ce chapitre, que les besoins alimentaires diminuaient avec l'âge, à partir de quarante ans.

Or combien sommes-nous à y penser avant que survienne la prise de poids ? Dans ce type de surcharge pondérale, qui peut parfois aller jusqu'à l'obésité, les résultats du régime sont plus satisfaisants. Elle n'est pas, en général, sous-tendue par des problèmes psychologiques, et l'étude des apports quotidiens ne révèle qu'une ration alimentaire trop importante à chaque repas.

On considère en général qu'une diminution de 20% des apports est efficace dans un premier temps, à condition qu'elle soit bien suivie. Il faut éviter de suivre des régimes trop stricts au départ, ou excluant totalement un aliment apprécié sous prétexte qu'il est trop calorique. Vous trouverez des conseils dans la partie alimentation de philippe.

Pas assez d’activité physique ?

L’obésité a bien sûr des répercussions fortes sur la santé, confirmées par cette étude. Ainsi, il y avait 3 fois plus d’hypertension artérielle traitée chez les personnes en surpoids et 4 fois plus chez les obèses. De même, on observe 7 fois plus de diabétiques traités chez les obèses et 3,5 fois plus chez ceux en surpoids.

Selon le professeur Arnaud Basdevant, de l’hôpital de l’Hôtel Dieu à Paris, un des auteurs de l’enquête, "Il faut agir sur les facteurs environnementaux et développer des mesures de prévention chez l’enfant. […] Réduire la sédentarité et maintenir ou développer des modèles alimentaires forts sont des pistes à suivre".

Notre mode de vie de plus en plus sédentaire semble effectivement au cœur des problèmes de surpoids et d’obésité. Citons notamment le nombre croissant d’heures passées devant la télévision ou les jeux vidéos. Si vous surveillez votre alimentation, vous êtes sur la bonne voie, mais ne négligez pas l’importance d’une activité physique régulière.

Surpoids et obésité : réagissez !

Le surpoids et l’obésité ne cessent de progresser en France. 40 % des plus de 15 ans sont concernés ! Ces kilos superflus constituent une véritable menace pour la santé : la surcharge pondérale est directement responsable de problèmes cardiovasculaires, articulaires, métaboliques… Chacun d’entre-nous doit réagir dès maintenant, pour enrayer cette véritable épidémie !

Dépensez-vous !

Pour contrôler son poids, il ne suffit pas de surveiller son alimentation. Il faut aussi tenir compte de ses dépenses énergétiques ! Car brûler des calories est indispensable pour garder la forme… et la santé !

Maigrir est ce possible ?

C’est possible, mais vous pourrez essayer tous le régimes, toutes les astuces, tous les trucs, si dans votre tête, vous n'êtes pas prêts, ce sera chose bien inutile.
Pour réussir, il faut en parler, il faut être décidé et ne pas fuir.
Mais si vous êtes motivés, alors ne cherchez aucune excuse de ne pas y arriver, ne trouver jamais une raison suffisante de vous échapper.

Pour réussir, il faut être aidé, seuls vous n'y arriverez pas.
C’est pour cela que ce site est conçu pour vous aider, pour vous écouter, pour en parler et pour vous conseiller.
Mais surtout ne brûlez pas les étapes, perdre du poids régulièrement et le stabiliser ensuite, procéder par palier.

Si vous voulez maigrir, il faut non seulement changer votre façon de manger mais également faire du sport. En résumé, pour maigrir, il faut diminuer les entrées (ce que l'on mange) et augmenter les sorties (ce que l'on dépense) de calories.

Pour conserver ses muscles, il faut faire du sport et si l'on veut perdre les kilos de trop (la masse grasse) il faut manger moins. Il n'est pas facile de commencer une activité physique quand on est trop gros. En effet, plus on est gros, moins on se bouge. Maigrir est alors une affaire de temps et la seule manière d'y arriver est de reprendre une activité physique de façon très progressive.

Allez-y progressivement !

C'est dur au début, puis petit à petit ça devient de plus en plus facile jusqu'à ne plus pouvoir s'en passer.

Allez-y donc doucement au début, pour ne pas être dégoûté, le principal étant de ne pas s'arrêter quand on a commencé.

Mais, n’oubliez pas que toute activité physique est utile : si possible faites vos courses à pied ou garez votre véhicule loin des commerçants ; évitez d'utiliser les ascenseurs, descendez une station de métro ou d'autobus avant votre destination et rentrez chez vous à pied…

Le sport c'est la santé

Le jogging permet de maigrir ou plus précisément, il aide à perdre du poids.
Le jogging a un effet extraordinaire, celui de nous rendre beaucoup plus critique vis à vis de notre surcharge pondérale, car l’excès de poids est ressenti comme un frein dans notre plaisir de courir.
Le jogging apparaît ainsi comme une motivation supplémentaire permettant de modifier son alimentation.

Jogging + volonté = perte de poids

Ainsi, modifier son alimentation n'est pas ressenti comme une privation ... mais comme un plaisir de faire fonctionner encore mieux son propre corps !

j'ai commencé à courir
le 9 mai 2002

 

Tableau de mon poids en 2002

01 avril / 120 kgs 09 mai / 118 kgs 17 mai / 114 kgs 25 mai / 112 kgs 04 juin / 110 kgs
19 juin / 109 kgs 03 juil / 108 kgs 08 juil / 106 kgs 17 juil / 105 kgs 26 juil / 104 kgs
11 aout / 103 kgs 14 aout / 102 kgs 17 aout / 101 kgs 27 aout / 100 kgs 03 sept / 98 kgs
18 sept / 96 kgs 07 oct / 95 kgs 25 oct / 94 kgs 23 déc / 96 kgs Noël

Arrêt de course due à ma fracture de fatigue et fêtes de fin d'année où je me suis laissé aller.

Tableau de mon poids en 2003

03 févr / 100 kgs 16 févr / 99 kgs 16 avril / 98 kgs 16 juillet / 97 kgs vacances je me suis
laissé aller

16 août / 100 kgs

10 sept / 99 kgs

10 oct / 98 kgs  



Le pèse-personne : deux poids deux mesures

24 juillet 2002 - « Il faut mettre le pèse-personne sur une surface dure plutôt que sur du tapis moquette avant de monter dessus! » Qui n'a pas entendu ce judicieux conseil de la part d'une amie bienveillante qui cherche ainsi à diminuer le nombre de kilos inscrit sur le cadran? Ce mythe est maintenant devenu réalité grâce à un physicien de l'Université de Cambridge qui a lancé à un de ses étudiants le défi d'analyser et d'expliquer cette différence de poids.

L'étudiant en question s'est donc attelé à la tâche avec son professeur en se procurant une série de pèse-personnes standard afin de comparer des mesures sur différentes surfaces. Les deux chercheurs ont alors découvert que sur du tapis moquette épais, le poids affiché augmentait en moyenne de 10 % par rapport à une surface dure.

Ils ont ensuite mesuré le mouvement du mécanisme interne lorsque le pèse-personne était soumis à un poids sur différentes surfaces. À l'intérieur de la balance se trouve une plaque de métal qui repose sur quatre points d'appui pointant vers le haut et fait ainsi office de levier. La plaque est reliée à une tige de métal et à un ressort à l'avant de l'appareil. Plus le poids est lourd et plus le ressort se déforme, faisant ainsi bouger l'aiguille du cadran. Or, il semblerait que sur une surface dure, la base du pèse-personne ploie, réduisant ainsi la distance entre chaque point d'appui et l'endroit où la charge porte. Sur du tapis moquette, la base s'enfonce, ce qui l'empêche de se plier. À charge égale, l'écart entre le point d'appui de la base et le point de pression du pied est donc plus important sur une surface molle, ce qui se manifeste par un poids plus élevé.

Nul besoin de s'appesantir sur le fait que vous pourriez peser plus que ce qu'indique la balance puisque les fabricants calibrent leurs pèse-personnes sur une surface dure. Et si le doute vous submerge encore, vous pouvez remédier aux impondérables en privilégiant les balances à affichage numérique dont le mécanisme diffère légèrement et qui sont donc moins sujettes au problème.